Peripheral Threats In Paris Index du Forum
Peripheral Threats In Paris
Paris 2100... Vous incarnez une des races présentes dans cette nouvelle ère, ce nouveau concept de Paris, et vous vivez votre vie conformément à vos choix. Vous déciderez seuls ou bien à plusieurs du destin du monde...
 
FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer
ProfilProfil Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés ConnexionConnexion

[Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre]

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Peripheral Threats In Paris Index du Forum -> Ancien Paris -> Aile Sud -> Rues Désertes
Sujet précédent :: Sujet suivant
Auteur Message
Alyss
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 5 Mai - 18:12 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

Alyss bailla une nouvelle fois avant de reporter son attention sur ses ongles manucurés bordeaux. Certes, c’était un geste typiquement féminin, et elle détestait cela, mais elle n’avait rien d’autre à faire.
Elle s’ennuyait terriblement, et pour cause : il était 23h30, le concert de son groupe s’était terminé il y a une demi-heure, et les clients s’en allaient déjà du bar. Apparemment, ce soir-là, les gens avaient décidé de se coucher tôt, et plus personne n’entrait, alors que le night-club était ouvert jusqu’à deux heures du matin.
Debout, les jambes croisées, accoudée sur le bar, la jeune fille regardait d’un œil vide les quelques clients fidèles qui restaient assis, buvants, fumants, riants… Mais personne ne semblait vouloir passer une commande, discuter, ou même la draguer, ce qui aurait fait un joli divertissement.

     Même son patron était avachi sur un fauteuil de cuir rouge dans le fond de la salle, les mains croisées sur son ventre bien rond (et rempli de bière), dodelinant de la tête, il allait s’endormir d’une minute à l’autre ; ses yeux se fermaient doucement, puis se rouvraient soudainement quand l’homme sentait qu’il plongeait dans le sommeil. Mais, à peine quelques secondes plus tard, le cycle infernal recommençait.
Alyss eu un sourire en coin en observant la scène pendant plusieurs minutes, puis se décida à bouger son postérieur du bar. Enfin non, elle bougea son bras d’abord.
Sur la pointe des pieds, elle tendit sa main vers l’intérieur du bar pour attraper une bouteille d’eau à moitié vide (ou à moitié pleine, okay).
Elle marcha enfin à pas lents vers son supérieur, prenant le temps de boire quelques gorgées, et, quand elle arriva à sa hauteur, elle versa sans remords la bouteille d’eau froide sur la tête presque totalement dégarnie du quinquagénaire.

     Ce dernier se redressa vivement, en poussant une espèce de cris enroué involontaire. Les yeux écarquillés, il se tourna vers la fautive, qui se mordait les lèvres pour ne pas exploser de rire.

« Ha, Alice, espèce de … ! »

     Voyant l’air mi-effronté, mi-amusé de sa serveuse, la pauvre victime trempée ne fini pas sa phrase, se leva, et essaya tant bien que mal d’essorer son t-shirt, avec un regard dépité.
Regard qui fut de trop pour Alyss, qui ne put s’empêcher de rire. Pour une fois, elle eu un grand rire, un rire d’enfant, plutôt que son habituel petit rire cristallin.
C’était sûrement du à la fatigue, et au geste infantile qu’elle venait de faire.
Son patron se joignit quand même à elle, avec un petit temps de retard, sûrement du à la fatigue lui aussi.
Il mit une tape dans le dos de la jeune femme, tape d’ailleurs qui était pleine de force vu la carrure du patron. Alyss du faire preuve d’équilibre pour ne pas tomber.

« Hé, doucement boss ! Je suis encore fragile, moi ! ironisa-t-elle.

- Haha, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre ! Je te dois bien ça, ma p’tite ! Et j’ai jamais été frêle, j’ai toujours été musclé, regardes moi ça ! » répondit Boss en bombant le torse.

     La « petite » eu un dernier éclat de rire et reparti vers le bar, laissant son patron se pavaner fièrement devant les clientes féminines (peu nombreuses, soit dit en passant), gonflant ses pectoraux… le t-shirt mouillé donnait l’impression qu’il était en sueur, et de ce fait les femmes présentent n’était pas très intéressée.

     Alyss jeta la bouteille finie dans une poubelle, et se retourna vers la salle, passant sa main dans ses cheveux rouges pour les rejeter en arrière (comment ça, ça fait trop pub ?).
Elle observa de nouveau la salle, se disant qu’elle avait de la chance de travailler ici.
Même si c’était beaucoup trop calme ce soir, l’ambiance était vraiment sympa d’habitude.

     Chose qu’elle faisait peu souvent, la jeune femme se pencha vers le client le plus proche pour lui demander une cigarette, avec un grand sourire auquel un homme normal ne pouvait résister. L’intéressé lui offrit ladite cigarette avec un gloussement, et lui passa même son briquet.
Alyss alluma la cigarette et remercia l’homme en lui rendant son feu, puis retourna une nouvelle fois s’accouder au bar, au cas où quelqu’un voudrait passer une commande, on ne sait jamais…

     Dix minutes plus tard, aucune commande n’était toujours en vue, et la serveuse avait fini sa cigarette. Elle avait pris son temps, en avait profité ; elle ne voulait pas en consommer excessivement et devenir accro, c’est pourquoi elle allait doucement à chaque bouffée, car elle fumait environ deux à trois fois par semaine. Alyss jeta le filtre dans la poubelle derrière le bar, et se remit à penser que l’ambiance de ce soir allait être définitivement très calme.

*C’est bien dommage, pour une fois que je ne me sens pas fatiguée…*

     Alors qu’elle venait juste de penser cela, la porte du bar s’ouvrit. Personne n’y prêtait vraiment attention, mais quelques intéressés tournèrent la tête. Parmi ceux-ci se trouvait Alyss, qui vit alors entrer un jeune homme inconnu…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 5 Mai - 18:12 (2009) Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lloyd Maelys
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2009
Messages: 454
Localisation: Ancien Paris

MessagePosté le: Mar 5 Mai - 21:19 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

Une longue ballade pour Lloyd. Marcher du temple jusqu'à n'importe quel endroit abritant une quelconque trace de vie n'était déja pas plaisant habituellement du fait de l'éloignement du lieu sacré des autres places par pur esprit de conservation. Car les fidèles de Lloyd ne voulaient pas prendre le risque de l'exposer à un quelconque danger, lui qui aurait pourtant été capable de réduire la moitié de l'armée Nosferatu à néant. malgré cette sur-puissance qui le faisait se sentir sûr de lui, Lloyd remerciait chaque jours les membres de son clan pour les petites attentions qu'ils lui offraient. Qui sait, un jour peut être serait-il sauvé par une petite attention toute banale... Si jamais on lui tendait un piège, ce serait une bonne chose.

Deux choses à expliquer alors. Pourquoi Lloyd est-il si confiant en sa propre force? Après tout, comme n'importe quel Vampire, il a ses faiblesses, il n'y échappe pas, même en tant que chef... En fait, Lloyd est simplement conscient de son âge avancé, et il a pu durant des siècles et des siècles s'entrainer sans relâche au maniement de son arme et aux différentes techniques de combat existantes et ayant existées dans le passé. De plus, il a tenté toutes les nouvelles expériences, tous les nouveaux sports et loisirs qui sont apparus années après années... De ce fait en plus d'être cultivé, il possède une puissance que l'on qualifie dans son clan et dans certains autres d'hors du commun. Enfin, on peut aussi rajouter que tous les évènements historiques et même personnels auxquels il a participé l'ont beaucoup endurci...

Tout cela montre la grande puissance de celui qu'on nomme déja chef suprême de la nation Vampire. Titre que Lloyd refuse vainement. Mais seconde chose justement: pourquoi? Pourquoi Lloyd est-il à ce point adulé? Pourquoi parfois l'appelle-t'on "Sir"? On pourrait argumenté sur le fait qu'il est chef d'un des 13 fameux clan de Vampires, et que de ce fait, on lui donne un titre, comme par exemple la chef des Lucrécia qui est apellée majesté. Mais non, plus que ça, depuis qu'il a prit des engagements politiques, depuis qu'il promet de belles choses aux Vampires et qu'il argumente correctement pour défendre son point de vue, Lloyd est désigné comme le représentant de tous les Vampires de France, voir même du monde, car il défend leurs intérêts, ce qu'ils sont, et trouve pour eux toutes les meilleurs alternatives possibles en attendant le jour où ils pourront anfin sortir de l'ombre...


"Monsieur..."

"Je t'en prie, appelles moi Lloyd."

"Comme vous voudrez, Lloyd."

"Ah et tutoies moi aussi pendant que tu y es. j'en ai marre qu'on soit pompeux avec moi. J'ai beau être extrêmement plus âgé que toi et que tous les autres, je n'en suis pas moins relax. Bon, tu voulais?"

"Je voulais vou... Te demander où tu allais...?"

"Je vais faire un tour. Il paraît qu'il y a un petit bar sympa de l'autre côté de la rue, tu viens avec moi?"

"Je... C'est trop d'honneur... J'accepte!"

"Encore une formule pompeuse comme ça et je te fais repeindre ma chambre. Allez, en route mauvaise troupe!"

"Oui!"

Encore la faute à pas d'chance, il faisait un froid de canard dehors. Heureusement, Lloyd avait prévu sa joli veste verte kaki par dessus un t-shirt blanc dégradé noir très simple, tout bêtement orné d'un logo représentant un glaive traversant plusieurs anneaux métalliques colorés en argent. Le symbole de son groupe préféré depuis qu'il l'avait vu naître, Toto. En dessous, il avait son habituel jean bleu foncé avec une ceinture noire et une boucle métallique banale. Ses chaussures faisait penser à des pompes de skateur, noires. Il était en somme habillé très simplement, cool, une tenue qu'il arborait tous les jours et qui ne laissait pas présager son appartenance à la race Vampire et encore moins qu'il était Lloyd Maelys, le chef du plus grand des clans Vampires.

Ainsi, il se promenait avec un de ses guerriers dans le froid mordant de l'Ancien Paris. Il faisait gris, sans plus, il ne pleuvait pas, le sol était d'ailleurs très sec, mais il faisait drôlement froid pour la saison. C'est pour ça, entre autres, que Lloyd avait vraiment hâte de rentrer se mettre au chaud dans ce nouveau bar, pour commander un petit coup, trinquer avec un de ses guerriers, et parler de tout et n'importe quoi. Ce n'était pas spécialement pour se changer les idées, mais il aimait ne pas trop se prendre la tête.
Alors qu'il bifurquait dans une rue balayée par le vent, ils croisèrent quelques humains. Lloyd serra les dents et se crispa légèrement. Sa bouche resta fermée. Il ne fit qu'un simple hochement de tête pour les saluer. On lui rendit le hochement de tête et son regard sérieux, qu'il ne quittait involontairement jamais.

Le guerrier Vampire, lui, était resté caché dans l'ombre de Lloyd. C'était un nouveau, c'est pour ça qu'on l'avait assigné à la garde des portes. Et en tant que nouveau, il avait soif à chaque fois qu'il croisait un corps au sang chaud. C'était dangereux de se promener avec lui, mais Lloyd n'avait pas prévu d'humains et pouvait le retenir en cas d'extrême urgence. Une fois les humains assez éloignés pour qu'ils ne les entendent plus, Lloyd donna une légère bourrade amicale à son guerrier et rigola doucement. Alors que le guerrier le regardait, intrigué, Lloyd sourit chaleureusement:


"Tu as été capable de te retenir, tu n'as fais aucun bruit, tu t'es caché dans les ombres et tu ne t'es même pas retourné une fois qu'ils étaient passés, je te félicite! Sincèrement, si tous les Vampires de mon clan et des clans alliés étaient comme toi, on aurait même pas besoin de la guerre comme chantage pour demander aux rebelles si notre race peut être acceptée!"

"Me... Merci, mais j'ai vraiment très faim maintenant..."

Le Vampire à la peau mate devenait livide. Lloyd sortit très vite de la poche de sa veste une petite flasque contenant du sang synthétique de la meilleure qualitée. Son compagnon en but une grande gorgée puis Lloyd s'autorisa à ranger la flasque. Il regarda le Vampire à ses cotés. Il reprenait peu à peu ses couleurs. Lloyd soupira d'aise et ils continuèrent leur route non sans que le guerrier lâche un petit mot de remerciement à son chef. Ils commencèrent à se raconter des séries de blagues salaces, et parcoururent le restant du chemin jusqu'au bar dans la joie et la bonne humeur. Leurs rires emplirent les rues complètement vides de monde de l'Aile Sud. Même si glacée, c'était une bonne soirée pour se promener et aller boire un verre.

Quelques minutes plus tard, ils arrivaient enfin au bar. Le nom de l'établissement était écrit en gros sur une pancarte qui avait grand besoin d'une nouvelle couche de peinture. C'était "L'Opus Coffee". Lloyd et son compagnon entrèrent d'un même pas assuré dans le bâtiment. Troquant son air sérieux contre un air neutre, Lloyd prononça faiblement le mot déterminant en avance de la politesse d'un individu. Le simple "bonjour" lui fut rendu par il ne sait trop qui. Il vit une table libre, parmi tant d'autres, et décida d'aller s'y installer avec le guerrier. Sur le chemin, il croisa le regard d'un gros bonhomme ventru et dégoulinant, qu'il devina être le chef du bar à son air sérieux entre mille, et une jeune femme à l'allure provocante pour ne pas dire délurée... Qu'il ne quitta d'ailleurs pas des yeux.

Il dut pourtant détourner le regard le temps de s'asseoir. On vint tout de suite prendre leur commande. Lloyd commanda un whisky et son guerrier une tequila. Ce dernier avait d'ailleurs l'air complètement perdu, et très mal à l'aise. Lloyd comprit tout de suite malgré le fait que lui soit tout à fait à son aise dans ce bar. Le guerrier lui adressa doucement la parole:


"Il y a tellement d'humains dans ce bar... je n'aurais sûrement pas dû venir... Je me sens vraiment mal à tous les regarder comme ça... J'ai envie de leur sauter dessus et de boire à tous leur sang jusqu'à la dernière goutte... Puis-je sortir?"

"Mais non voyons, restes avec moi! On va passer une excellente soirée, tu me remercieras. Et puis, je sais que tu peux te contrôler. Si moi j'ai pu le faire, pourquoi pas toi?"

"Parce que moi je ne suis Vampire que depuis 10 ans environ! Toi, tu l'es depuis plus de 5000 ans maintenant!"

"Et tu trouves que c'est une excuse valable? En 10 ans tu dois déja pouvoir largement te contrôler! Et ne hausses pas le ton. Je sais ce que tu ressens, et céder à la colère ou à la panique n'arrangera rien."

"Je... Humpf... Je suis désolé..."

Malheureusement, il avait beau être désolé, Lloyd ne voyait pas moins ô combien il louchait sur tous les humains présents dans le bar. Il posa donc la main sur son épaule et la lui serra avec un air désolé. Le Vampire en face de lui comprit tout de suite et baissa la tête pour respirer, avec un souffle plutôt rauque d'ailleurs. La serveuse arriva et posa les verres en face des deux hommes. Lloyd prit le sien et le finit d'une traite. Il en commanda rapidement un autre. De son coté, son compagnon prit une grande gorgée de tequila, et il sembla se calmer. Lloyd décida de laisser une silence rassurant s'installer un peu, pour que son guerrier se sente en confiance et qu'il ne tente rien d'inconsidéré, et en profita pour jeter à nouveau un oeil vers la jeune provocatrice accoudée au bar.

Elle était tournée dans l'autre sens, parlant à il ne savait trop qui. Mais elle finit par se retourner. Lloyd, quand elle croisa son regard, lui fit un charmant sourire et hocha doucement la tête pour la saluer. Il retourna calmement son regard vers son compagnon. En effet, si il avait fait perdurer son sourire, la jeune femme n'aurait certainement pas réussit à se contrôler et se serait dirigée vers lui pour une séance de drague. Mais Lloyd n'en avait pas envie. Il avait arrêté son sourire au bout d'un nombre calculé de secondes. Si il avait bien joué son coup elle devait simplement ressentir un léger mal de crâne, qui ne durerait que quelques secondes tout au plus. Il se promettait que cette fille là, il ne l'aurait que grâce à son charme naturel. Il ne voulait plus user de ses charmes Vampires,c'était trop facile et... Il doutait au final toujours des sentiments de sa partenaire.

Il était fier d'avoir réussi à se contrôler face à cette femme, et même si elle ne répondait pas à son invitation, il éprouvait une grande joie de pouvoir se contrôler, vraiment. Bientôt, il n'aurait plus de Vampire que les dents quand il le déciderait. Et à tout moment, il pourrait redevenir le terrible chef Vampire qu'il était. C'était un pas de plus dans l'acceptation des Vampires dans la société si il arrivait à faire reproduire ce self-control par tous les membres de son clan et des clans alliés!
Seulement, son sourire s'effaça quand il regarda à nouveau son compagnon, après avoir détourné le regard de la magnifique jeune femme accoudée au bar. Le Vampire assis en face de lui avait le teint livide, les yeux vitreux, le regard éteint... Et ses mains étaient crispées, ses ongles violemment enfoncés dans le bois de la table.

Le Vampire regarda Lloyd... Et sourit. Une flamme de haine passa dans ses yeux et ils brillèrent de nouveau d'un vert éclatant. Les yeux bleux foncés de Lloyd devinrent plus clairs à leur tour quand il comprit que les clients du bar étaient en grave danger. le guerrier sauta de sa chaise pour atterir sur la table, et bondit de nouveau vers la table la plus proche.
Il s'étala de tout son long au sol. Lloyd avait attrapé une de ses jambes au vol. Le guerrier se releva à la vitesse de l'éclair en exécutant une toupie infernale dans les airs. Il retomba le poing en avant, en plein vers le visage de Lloyd. le guerrier retomba souplement au sol pour réaliser qu'il avait frappé dans le vide. Lloyd s'était contenté de faire un pas d'une rapidité sur-humaine en arrière pour éviter le coup. Sans ralentir d'un poil, il frappa du tranchant de la main dans la nuque de son guerrier, toujours baissé. Il l'atteignit de plein fouet. Le guerrier tomba à terre, le corps paralysé par le dernier coup.

C'était un guerrier d'élite et Lloyd l'avait terrassé à une vitesse humiliante. En un seul coup, bien placé. Il savait qu'il était extrêmement fort mais il ne fit que prendre conscience de l'écart de niveau entre lui et ses meilleurs guerriers. C'était assez impressionnant, même pour lui, qui avait toujours pensé être un Vampire banal. Il faut croire que tout l'entraînement qu'il avait accumulé jusqu'ici n'avait pas été vain. Bref, il sortit de sa poche une petite lampe torche, l'alluma, et la braqua sur le Vampire à terre. Une petite lampe à UV. Le Vampire à terre hurla de douleur pendant 10 petites secondes. Lloyd éteignit enfin le lampe et renvoya d'un geste sec le guerrier au Temple. Son attitude n'était pas décevante pour lui, mais pour Lloyd. Si les Vampires n'arrivaient pas à se contrôler une fois entourés d'humains, comment pourrait-il prétendre qu'ils sont aptes à s'intégrer en société...?

Lloyd soupira, et releva la tête. Tout le monde le regardait. Il fit une moue triste et retourna s'asseoir sans bruits. La serveuse approchait d'un pas hésitant vers lui, un verre de whisky à la main. Elle posa doucement sur la table. Elle ne dit rien, se contentant de frémir de peur. Lloyd releva la tête et afficha un léger sourire gêné:


"Merci."

Pas de réponse, la serveuse se contenta de faire demi-tour et de marcher le plus vite possible au loin du Vampire. C'était maintenant comme si une enseigne lumineuse était posée sur le front de Lloyd. Une enseigne précisant "VAMPIRE, WARNING". Il soupira donc et pencha la tête en arrière pour la poser sur le mur derrière lui. Il était installé nonchalamment, mais cela n'avait pas beaucoup d'importance, tout le monde faisait pareil... Alors pourquoi un Vampire désespéré n'aurait-il pas le droit? Il ferma les yeux et soupira à nouveau, en pensant à des moyens pour remédier à la faiblesse de ses guerriers face aux foules. Sa moue triste se réinstalla peu à peu alors qu'il comprenait qu'il y avait encore beaucoup de boulot et que la guerre approchait trop vite.

Et maintenant...?

_________________


Thème de Lloyd...


Revenir en haut
MSN
Alyss
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 6 Mai - 13:40 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

     … et pas n’importe quel jeune homme.
En fait, ils étaient deux, mais à vrai dire, Alyss prêtait surtout attention à celui qui était en tête. Grand, l’air neutre, presque blasé, il marchait d’un pas assuré, alors que l’autre restait un peu « dans sa jupe », l’air peu confiant.
Le premier homme articula un « bonjour », qui lui fit rendu par un client un peu ivre, et c’est seulement à ce moment là que la jeune femme se rendit compte qu’il avait lui aussi les cheveux rouges. Tout d’un coup, elle se sentait moins seule.

     Les deux hommes allèrent calmement s’asseoir à une table libre, croisant le Boss qui paraissait toujours aussi sale.
Le grand aux cheveux rouges croisa le regard de la jeune fille accoudée au bar. Cette dernière ne put détacher son propre regard, car elle l’observait depuis son entrée. Bien qu’elle ait un air neutre, son regard pétillait légèrement, car elle avait l’impression que le jeune homme avait quelque chose de spécial…
Alyss sursauta imperceptiblement quand elle se rendit compte qu’il ne la lâchait plus des yeux non plus. Presque heureusement, l’homme s’assit et du détourner le regard.
A son grand regret, l’autre serveuse du bar fut plus rapide qu’elle quand les deux hommes furent installés. Apparemment, elle aussi était intéressée par le grand à la crinière flamboyante.

     Alyss ragea intérieurement, mais ne bougea pas d’un pouce et continua à observer le jeune homme, qui semblait s’inquiéter pour son ami.
Mais bon, tant pis pour l’autre, celui aux cheveux rouges était beaucoup plus intéressant.
Il était mince, mais semblait exclusivement fait de muscles, en fait. Un tatouage tribal recouvrait une petite partie de son visage, et ses yeux… ses yeux étaient d’un bleu superbe, magnifique, mais en même temps froid.
La jeune femme s’attarda surtout sur ce détail ; elle adorait regarder les gens dans les yeux.

     Alyss fut coupée en plein délire d’adoration quand la serveuse vint les servir. Cette dernière évita d’ailleurs un coup de pied aux fesses, qu’Alyss retint.
Le grand fini son verre d’un coup, et en recommanda un.

*Hm, je me demande comment il va finir à la fin de la soirée lui...*

     Mais la jeune femme arrêta ici ses pensées quand l’homme aux cheveux rouges commença à tourner la tête dans sa direction. Malheureusement, elle n’eut pas le temps de plonger ses yeux dans les siens que quelqu’un la fit se retourner en posant sa main sur son épaule. C’était le guitariste de son groupe.

« Hé Alice, on va boire un coup chez moi… tu viens ? »

     Alyss hésita. Certes, elle savait que ledit guitariste en pinçait pour elle, mais il n’était pas trop à son goût, et elle avait quelqu’un à observer ce soir. Sa réponse fut donc claire et net, et elle donna une excuse, sachant qu’elle était fausse puisque son patron l’autorisait à partir plus tôt quand il y avait peu de monde au bar.

« Non désolée, je dois finir mon service. Un autre soir peut-être… ? » répondit-elle avec un faux sourire désolé.

     Le guitariste déçu haussa les épaules et reparti. Aussitôt Alyss se retourna de nouveau pour voir où en était son bel homme de la soirée, et retint son souffle quand elle vit qu’il l’observait toujours, sans gêne aucune.
Il lui adressa un sourire digne d’une pub Colgate, et hocha légèrement la tête en prenant son temps, pour la saluer.
Alyss allait le lui rendre, mais quelque chose l’en empêcha. Un détail, un infime détail… Ses dents. Ses canines, en fait. Un peu trop… pointues.
Alors que l’homme détournait doucement les yeux, la jeune femme se demanda si elle n’avait pas rêvé. Etait-il vraiment un Vampire ? Ce qui expliquerait ce qu’elle ressentait de si spécial chez lui…

     Elle était toujours dans la même position depuis le début, mais était cette fois plongée dans ses pensées. « Etait-il vraiment un Vampire ? » était la question qui revenait sans cesse.
Alors qu’elle avait l’impression de penser à s’en donner la migraine, le deuxième homme, assez discret jusqu’à maintenant, fut prit d’une sorte de folie.
Il sauta d’abord sur la table où ils étaient installés, puis sur une autre table un peu plus loin. Mais, il n’eut pas le temps de l’atteindre que l’autre homme lui attrapa la jambe.
Le voltigeur fit une toupie et se débarrassa de l’étreinte de l’autre, lançant son poing en avant. Poing qui alla dans le vide.
Alyss n’eut pas le temps de se poser de question qu’elle entraperçu le tranchant de la main du plus grand homme se poser violement sur la nuque de son compagnon.
Ce dernier tomba, paralysé sous le coup.

*Woh.*

     Alyss n’avait plus vraiment de pensées cohérentes. Toute cette scène c’était passée en quelques secondes à peine, les deux hommes étaient d’une rapidité surprenante.
Euh, « hommes » ?
La jeune femme n’avait plus aucun doute là-dessus.

*Vampires. Et celui aux cheveux rouges est le plus aguerri des deux.*

     Bizarrement, Alyss n’avait toujours pas bougée du bar, tant la scène l’avait hypnotisée. Il faut dire que c’était assez fréquent dans cet endroit, un Vampire qui perdait les pédales ; la jeune femme était habituée maintenant, et elle trouvait ça toujours aussi… surprenant, intéressant, beau, un Vampire, même si c’était dangereux.
L’autre serveuse par contre avait étouffé un cri aiguë ; elle était nouvelle ici, et cette épisode de la soirée avait du la secouer.

     Alors que la jeune fille pensait, le grand Vampire avait puni l’autre en lui balançant de la lumière dans la tronche et en le renvoyant du bar.
Quand il fut seule, il se releva, regarda la salle qui était devenue silencieuse, fit une légère moue déçue et retourna s’asseoir sans rien dire, ne voulant apparemment proférer aucune excuse.
La serveuse à moitié traumatisée revint quand même le servir sous le regard insistant d’Alyss. Un incident comme ça ne devait pas perturber le service.

« Merci. » dit simplement le Vampire, gêné.

     Sans répondre, et totalement pétrifiée, la serveuse reparti le plus vite possible derrière le bar, les mains tremblantes.
Alyss leva les yeux au ciel, et décida de briser le silence qui n’avait pas cessé dans la salle, en se relevant du bar. Ses talons claquèrent légèrement sur le parquet du night-club, alors que le Vampire se relâchait sur sa chaise, désespéré et soupirant, la tête contre le mur, les yeux vers le plafond.

     Les clients qui connaissaient Alyss, voyant qu’elle n’était pas stressée ni dérangée le moins du monde par l’évènement principal de la soirée, reprirent leurs discussions ; bientôt, tout le peu de monde qui était présent en fit autant, et la jeune femme put se diriger tranquillement, et sans être suivie des yeux, vers la table occupée par le Vampire.

     Arrivée à sa hauteur, elle resta debout, et n’attendit pas qu’il la regarde avant de sourire, aussi bien qu’il l’avait fait pour elle un peu plus tôt, et de lui parler.

« Salut ! Je peux m’asseoir ? Y’a vraiment personne ce soir, et tu m’intéresses. Tu dois être pas mal gradé, vu ta rapidité et la puissance du coup que tu as porté à l’autre affamé… »

     Certes, c’était un début banal, presque ridicule, mais que dire d’autre ? Elle n’avait pas vraiment dans l’esprit de le draguer (de toute façon c’était peine perdue avec un Vampire, elle l’avait bien compris depuis longtemps), mais la lueur d’intérêt, de curiosité et de respect, qu’elle avait dans ses yeux depuis l’entrée des deux Vampires dans le bar, ne l’avait pas quittée.


Revenir en haut
Lloyd Maelys
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2009
Messages: 454
Localisation: Ancien Paris

MessagePosté le: Mer 6 Mai - 16:00 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

Lloyd était toujours plongé dans ses pensées. Il était maintenant d'humeur triste et défaitiste. La scène d'il y a quelques secondes avec son guerrier ne présageait rien de bon pour l'avenir des Vampires. Et pourtant ils en avaient besoin, d'une bonne nouvelle. Ils avaient besoin de cette unité, de cette résistance à leurs faiblesses primaires pour être accepté dans la future société, qu'elle soit organisée par une faction rebelle ou par le gouvernement actuel. Lloyd soupira à nouveau. Il était épuisé. Et il n'avait pas eu droit à un seul encouragement de la journée. Chaque fois qu'il organisait des sorties c'était la même chose. Et encore, aujourd'hui, c'était tranquille, comparé à la dernière fois, quand il avait du arrêter 5 Vampires affamés à lui seul et à mains nues.

Il repensa alors à son guerrier d'élite. Le pauvre avait du sévèrement dérouiller. D'une, dans son estime personnelle, dans son égo en somme, car il s'était fait avoir comme un bleu malgré son incontestable puissance. Ensuite, il devait souffrir du fait de n'avoir pas pu se contrôler car cela voulait évidemment dire qu'il n'était pas digne d'être sous les ordres du grand Lloyd. Et si on lui refusait cet honneur, mieux valait mourir pour lui. Et c'était dur de penser ça. De plus, il devait penser à la peine qu'il causait à son chef. En fait, la peine de Lloyd était due à la difficulté qu'il aurait forcément à éduquer ses Vampires pour leur permettre de vivre parmi les humains et autres races peuplant ce monde, et il ressentait au contraire de la peine pour son guerrier, mais ça, l'autre Vampire n'en avait aucune idée.

Lloyd ouvrit brusquement les yeux. Il put admirer les plafond et ses nombreuses fissures ainsi que l'humidité y suintant, mais ce n'était pas vraiment ça qui l'intriguait. Non, ce qui l'intriguait plus que tout, c'était le bruit de pas qu'il entendait arriver dans sa direction. Un bruit de talons. Une femme. Pas la serveuse de tout à l'heure, qui portait des baskets et qui était de toutes façons maintenant incapable de regarder à nouveau en face le Vampire. Les conversations avaient reprises. Lloyd baissa calmement la tête, les bras croisés sur son torse. Il avait espéré qu'elle ne le ferait pas mais c'était pourtant la triste vérité: la jeune femme provocante à laquelle il avait sourit venait vers lui. Ses bras se décroisèrent quand elle se campa devant lui.


"Salut ! Je peux m’asseoir ? Y’a vraiment personne ce soir, et tu m’intéresses. Tu dois être pas mal gradé, vu ta rapidité et la puissance du coup que tu as porté à l’autre affamé…"

*Merde.*

Lloyd avala à nouveau d'une traite son verre de whisky. La jeune femme lui souriait en plus, comme pour lui rendre son précédent sourire. Double merde. Lloyd déglutit difficilement et un peu de son whisky glissa sur la lèvre. La brûlure fut intense et insupportable. Il porta la main à sa bouche rapidement. pour essuyer la zone endolorie. La femme lui avait demandé si elle pouvait s'asseoir. Il avait du mal à moufter d'une quelconque manière que ce soit. Il avait toujours été terriblement timide quand il ne contrôlait plus ses sentiments. Du moins, ces sentiments là. Il ne rougit pas, en étant de toutes façons incapable, mais il poussa du pied une chaise juste à coté de la jeune femme, et l'invita à y prendre place. Ils devaient s'expliquer.

"Pour commencer, remettons les pendules à l'heure. Que sais tu des grades attribués aux Vampires? Comment peux tu prétendre que je fasse partie d'une quelconque armée alors qu'il est connu que les Vampires sont naturellement puissants et rapides?
Ensuite, qu'entends-tu par "l'autre affamé"? Tu parles de l'autre Vampire qui était avec moi? Je n'aimerais pas qu'il t'entende, et je dis ça pour ton bien. J'ai beau l'avoir remis à sa place, cet "affamé" vous aurait tous mis en pièces si je n'avait pas bougé. De plus, si tu mourrais littéralement de faim et qu'on te présentait une assiette du plus délicieux des mets existant, pourrais-tu te retenir de sauter sur l'assiette et de dévorer son contenu? J'en doute.
Alors penses tu que tu sois en droit de dire de telles choses?"


Ca, pour remettre les pendules à l'heure, il avait remis les pendules à l'heure. Mais il était loin d'être fier de lui. Certes, il avait sauvé l'honneur de son guerrier en le protégeant valeureusement de l'attaque primitive que lui avait lancé la jeune femme (traiter un Vampire d'affamé alors qu'il se trouve entouré d'humains? C'est comme dire d'une humaine qu'elle a fait cocu à son partenaire parce qu'elle a été violée! C'est complètement ridicule) et il s'était sauvé lui-même en niant faire partie d'une quelconque armée ou d'un quelconque grade mais avoir été si sec avec cette femme le rendait mal. Il ne savait pas pourquoi, c'était bizarre, il se sentait juste mal de lui avoir répondu si durement, alors qu'il aurait fait de même pour n'importe qui.

En fait, il se sentait tellement mal qu'il se décida à lui répondre plus clairement. Elle s'était assise et semblait déstabilisée par la réponse de Lloyd. C'était plutôt logique, on n'était jamais au mieux de sa forme après un entretien avec un Vampire, surtout quand le Vampire s'énervait. Lloyd baissa la tête un il fit à nouveau un sourire gêné. Il releva calmement la tête, même si il sentait que son coeur s'emballerait à la vue de cette beauté si il pouvait battre. Il prononça dans sa barbe un petit "désolé", et reprit, plus clairement:


"Navré si je vous ai troublée.
Mon nom est Lloyd Maelys. Chef du clan Vampire Maelys.
L'homme qui m'accompagnait il y a de cela quelques minutes était un de mes guerriers d'élite. Un des plus puissant et surtout des plus courageux. C'est pour ça qu'il a accepté de me suivre, même si il savait que ça risquait de mal tourner. Pour cela, je lui voue un profond respect. J'ai beau être le chef de mon clan, nous, Vampires, somme une grande famille et chaque clan représente une branche différente de cette famille.
Et je n'ai pas supporté que vous insultiez mon "frère", d'où ma réponse un tant soit peu sèche. Voila, encore désolé. Bref, maintenant que vous êtes assise... Quel est votre nom à vous?"


Absolument navrant, mais ce sentiment bizarre de culpabilité qu'il ressentait chaque fois qu'il osait regarder cette fille l'empêchait de faire mieux. Il préféra donc justement s'arrêter là et ne rien tenter de plus. Il risquait de dire des bêtises s'il continuait. Et puis, apparemment, il "l'intéressait", c'était plutôt encourageant... Non?
_________________


Thème de Lloyd...


Revenir en haut
MSN
Alyss
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 11 Mai - 14:22 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

     Alors qu’elle s’était approchée, on aurait dit qu’il s’était légèrement tendu, et il ne répondit pas tout de suite.
Il but d’abord son verre d’elle ne savait qu’elle boisson, d’une traite, comme pour le premier.
Alyss se demanda si elle ne devait pas lui demander de quel alcool il s’agissait pour lui apporter la bouteille, ce serait plus facile.

     L’homme s’essuya très vite fait la lèvre inférieure (« des lèvres fines qui semblent délicieuses » pensa sans le faire exprès Alyss), et, toujours sans parler, poussa une chaise pour que la jeune femme puisse s’asseoir dessus.
Il semblait troublé… Mais de quoi ? Le comportement de l’autre Vampire l’avait-il perturbé à ce point ?

     Alors qu’Alyss s’asseyait, légèrement tendue elle aussi, le jeune homme ouvrit la bouche et commença à parler. D’un ton assez mordant, et presque agressif.
Alors qu’il parlait, la jeune femme préparait sa réponse dans sa tête à chaque fois qu’il prononçait une phrase.

« Pour commencer, remettons les pendules à l'heure. Que sais-tu des grades attribués aux Vampires ? »

*Dans les livres, ils parlent de clans, donc je suppose qu’il y a des chefs, des genres de soldats…*

"Comment peux-tu prétendre que je fasse partie d'une quelconque armée alors qu'il est connu que les Vampires sont naturellement puissants et rapides ? »

*… dans les livres là aussi, et c’est bien connu que les Vampires sont puissants et rapides, merci de l’info…*

« Ensuite, qu'entends-tu par "l'autre affamé" ? Tu parles de l'autre Vampire qui était avec moi ? »

*Qui d’autre ?*

« Je n'aimerais pas qu'il t'entende, et je dis ça pour ton bien. J'ai beau l'avoir remis à sa place, cet "affamé" vous aurait tous mis en pièces si je n’avais pas bougé."

*Je le sais bien ça aussi, mais j’avoue que sur le coup, j’ai pas vraiment eu le temps de réagir. Ca m’a trop impressionné.*

« De plus, si tu mourrais littéralement de faim et qu'on te présentait une assiette du plus délicieux des mets existant, pourrais-tu te retenir de sauter sur l'assiette et de dévorer son contenu ? J'en doute. »

*Moi aussi.* pensa Alyss en esquissant un léger sourire.

« Alors penses tu que tu sois en droit de dire de telles choses ? »

     La jeune femme, légèrement troublée tout de même par cette longue tirade inattendue, allait répondre aussi clairement qu’il lui avait parlé.
Mais le Vampire était décidé à se faire entendre, et il parla de nouveau, l’air cependant cette fois gêné, presque navré. Ce fut d’abord un petit « désolé » accompagné d’un minuscule sourire, puis un nouveau discours, plus agréable que le premier cela dit.

« Navré si je vous ai troublée.
Mon nom est Lloyd Maelys. Chef du clan Vampire Maelys. »

*Ah. C’est bien pour ça qu’il est puissant.*

« L'homme qui m'accompagnait il y a de cela quelques minutes était un de mes guerriers d'élite. Un des plus puissants et surtout des plus courageux. C'est pour ça qu'il a accepté de me suivre, même si il savait que ça risquait de mal tourner. Pour cela, je lui voue un profond respect. J'ai beau être le chef de mon clan, nous, Vampires, somme une grande famille et chaque clan représente une branche différente de cette famille. »

*C’est mieux qu’un bouquin, un vrai Vampire.*

« Et je n'ai pas supporté que vous insultiez mon "frère", d'où ma réponse un tant soit peu sèche. Voila, encore désolé. Bref, maintenant que vous êtes assise... Quel est votre nom à vous ? »

     Alyss était rassurée quant à l’humeur du Vampire en face d’elle. Il s’était juste senti insulté, son guerrier avec, et cet incident l’avait sûrement déçu ; il était le chef, et si les autres n’arrivaient pas à se contrôler…
C’est pourquoi elle répondit avec un nouveau sourire, essayant de se souvenirs des bribes de mots, de phrases qu’elle avait lu ou entendu sur les Vampires, les clans.

« Eh bien, déjà, c’est à moi de m’excuser. J’étais loin de vouloir vous insulter, vous et votre guerrier, c’était juste… Comment dire ? Une légère pointe d’ironie. C’est pas la première fois qu’un Vampire a du mal à se contrôler, dans ce bar.
En ce qui concerne les « clans », les « grades », enfin ce genre de choses, j’en ai lu un peu sur le sujet dans des livres, j’avoue que le sujet m’intéresse, mais ce qu’on apprend dans ces bouquins hors de prix, c’est pas terrible comme taux de connaissances… C’est bien pour ça que j’essaye de parler avec de VRAIS Vampires ! »

     Alyss adressa au Vampire un nouveau sourire et en profita pour s’installer confortablement, en passant sa jambe droite sur la gauche.

« En tout cas, je sais qu’à cette heure je pourrais être allongée par terre et vidée de mon sang, c’est pourquoi je vous suis reconnaissante d’avoir été ici, avec votre Vampire… Parce qu’en plus d’avoir sauvé des clients, vous m’avez totalement époustouflée avec votre petite démonstration de force… »

     A partir de ce moment, Alyss devint plus passionnée dans le sujet ; son amour pour les Vampires et leurs capacités reprend le dessus. Ses yeux s’illuminent et elle laisse couler les mots comme ils viennent…

« Lloyd. Ca sonne bien pour un chef de clan. J’aime bien, et en plus, ça me fait vraiment plaisir, et en même temps bizarre d’être en face d’un chef… J’avais déjà entendu parler de votre clan, apparemment il est très puissant… *soupir admiratif* La classe, j’ai vraiment de la chance ce soir… »

     Tout d’un coup, Alyss eu un léger sursaut ; elle sortit soudain de sa transe et se rendit compte qu’elle parlait comme elle pensait. Ca ne voulait presque rien dire, on aurait dit un gamin devant un nouveau jouet.
Elle eu donc un arrêt de deux secondes, cherchant ses mots… Puis, comme elle avait l’air ridicule, elle reprit la parole, le rouge aux joues tant elle se sentait stupide.

« Pff, je suis désolée, je n’arrive pas à m’exprimer clairement… J’ai l’air totalement débile… Donc autant faire court. Moi, c’est Alice, et je bosse ici depuis deux ans. »

     Elle eu un nouveau sourire, mais gêné cette fois. Elle ne savait plus quoi dire et le Vampire devait la trouver ennuyante.
Décidément, c’était la première fois qu’elle agissait ainsi en face d’une personne, Vampire ou non… Ce Lloyd lui faisait un drôle d'effet.
Peut-être ses yeux ? Alyss les trouvait profonds... Et il avait une telle force, la jeune femme n'osait imaginer ses bras fins mais superbement musclés, comme elle aimait, et encore moins son torse qui devait être... Ouhla, il faut que je m'arrête, ce n'était pas le moment de fantasmer sur le Vampire en face d'elle. Sinon, elle allait encore moins trouver ses mots, et son but n'était pas de le faire fuir.

     Pour changer de sujet et cacher son rougissement, elle pointa du doigt le verre vide de Lloyd.

« Si vous en voulez un autre, je veux bien vous en apporter un, c’est mon boulot après tout… C’est quoi comme alcool ? Je n'ai pas eu le temps de voir ce que Kate, l'autre serveuse un peu froussarde, vous a servi. »


Revenir en haut
Lloyd Maelys
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2009
Messages: 454
Localisation: Ancien Paris

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 20:20 (2009) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre] Répondre en citant

Lloyd avait pu s'excuser de son attitude un peu déplacée et même s'en justifier. Il était fier de lui. Comment faire mieux? Je veux dire, impossible pour lui de rêver mieux niveau excuses. Comme ça, il ne s'embrouillait avec personne et la soirée pouvait reprendre son cours normal. Il avait sauvé des humains, alors même si ils avaient toujours un peu peur des Vampires, ils pouvaient maintenant se dire que certains Vampires se contrôlaient et pouvaient les défendre. Et ils étaient efficaces comme gardes du corps contre leur congénères. Seul hic, défendre des humains n'était absolument pas leur rôle, encore moins leur envie, alors si en plus on les considérait simplement comme des bonnes poires... Leur égo depuis des années froissé par ces ridicules et faibles humains, déchets de l'existence, débris du premier homme parfait, créateurs du péché originel, fléau de ce monde...

Lloyd secoua la tête. Il s'emportait. Après tout, les humains n'étaient pas si mauvais que ça. Stupides, oui, mais pas spécialement mauvais. Et puis, il devait trouver un terrain d'entente avec eux si il voulait faire voir le jour à son rêve, soit l'intégration sociale des Vampires. C'était en effet plutôt conseillé. Il reporta son regard sur la jeune femme venue s'asseoir en face de lui. Si il arrivait à s'entendre avec elle, ce serait déjà un bon début. Si chaque Vampire dans Paris arrivait à s'attirer les faveurs d'une personne, le gouvernement serait obligé de leur céder le droit à la citoyenneté. Seulement, comme l'avait pensé Lloyd un peu plus tôt, encore fallait-il que les Vampires apprennent à se contrôler face à des humains. Ce n'était pas gagné mais Lloyd y arriverait, avec de la détermination, il le savait. La jeune femme prit la parole, avec un beau sourire:


"Eh bien, déjà, c’est à moi de m’excuser. J’étais loin de vouloir vous insulter, vous et votre guerrier, c’était juste… Comment dire ? Une légère pointe d’ironie. C’est pas la première fois qu’un Vampire a du mal à se contrôler, dans ce bar."

*Cette pointe d'ironie était... Comment dire? Complètement déplacée. Et ce n'était ni marrant ni même intelligent. Et j'ai déjà expliqué pourquoi les Vampires avaient du mal à se contrôler, elle en fait exprès?*

"En ce qui concerne les « clans », les « grades », enfin ce genre de choses, j’en ai lu un peu sur le sujet dans des livres, j’avoue que le sujet m’intéresse, mais ce qu’on apprend dans ces bouquins hors de prix, c’est pas terrible comme taux de connaissances… C’est bien pour ça que j’essaye de parler avec de VRAIS Vampires !"

"C'est pas tous les jours que je croise une femme comme vous... En général, si on en apprend sur les Vampires, c'est pour mieux les faire souffrir. Heureusement pour nous qu'il n'y a pas besoin de traité sur les humains pour savoir comment les faire mourir!"

Alors que la jeune femme souriait toujours et s'installait plus confortablement sur son siège, Lloyd en profita pour jeter un coup d'oeil aux clients du bar. Certains l'avaient entendu et le regardait d'un air horrifié. Lloyd haussa les épaules et les regarda d'un air complètement innocent avant de glisser un petit:

"C'était, comment dire... Une légère pointe d'ironie. =)"

les clients qui l'avaient entendu s'en retournèrent à leurs occupations, la plupart de déglutissant bruyamment. Ah, les humains et leur humour tellement limité. Lloyd se mit à rire intérieurement. Après tout, les humains et les Vampires étaient pareillement constitués. Du moins, au niveau mental. Aucune des deux race n'avait une supériorité prouvée sur l'autre, et Lloyd les savait pertinemment au même niveau, ce pourquoi il restait toujours très respectueux envers tous les humains qu'il croisait. De plus, n'étant pas belliqueux, il ne voyait aucune raison qui le pousserait à agir comme les clans Nosferatu et Samael par exemple. Seulement, parfois, comme dans ce cas ci, quand les humains ne le respectait pas non plus en tant que citoyen, Lloyd se permettait d'être condescendant. La jeune femme reprit la parole, et Lloyd se retourna vers elle en lui adressant un air plutôt neutre pour l'écouter.

"En tout cas, je sais qu’à cette heure je pourrais être allongée par terre et vidée de mon sang, c’est pourquoi je vous suis reconnaissante d’avoir été ici, avec votre Vampire… Parce qu’en plus d’avoir sauvé des clients, vous m’avez totalement époustouflée avec votre petite démonstration de force…"

"Oui, merci.", prononça difficilement mais distinctement l'un des clients du bar.

"Eh bien, de rien, mais... C'est naturel. Après tout, ne faut-il pas protéger son prochain? Je veux dire, de quelque race qu'il soit, tout le monde mérite la vie si il la respecte et respecte aussi celle des autres. Et, je vous ai époustouflée? Que de grands mots, mademoiselle... j'ai simplement mis mis en oeuvre les moyens nécessaire à l'arrestation de mon frère."

Cette petite explication fit réfléchir tous les clients de ce bar. Après tout, Lloyd n'était pas chef pour rien, il savait être bon orateur quand la situation l'exigeait. C'est pourquoi il avait réussi à convaincre tant de clans de s'allier au sien. Il avait considéré ça comme une énorme victoire à l'époque, et il s'en félicitait toujours. Eh bien, il considéra ce petit speech comme une victoire aussi. Il espérait que les gens de cet établissement feraient passer le mot, ou bien qu'ils comprendraient, car c'était là le but et Lloyd savait que ce genre de discours attirait les foules. Il faisait chaque jour une petite part de son travail, et aujourd'hui, il en avait fait une belle part avec son frère Vampire et ces personnes. La jeune femme continua:

"Lloyd. Ca sonne bien pour un chef de clan. J’aime bien, et en plus, ça me fait vraiment plaisir, et en même temps bizarre d’être en face d’un chef… J’avais déjà entendu parler de votre clan, apparemment il est très puissant… La classe, j’ai vraiment de la chance ce soir…"

Là, Lloyd tira une drôle de tête. La jeune femme semblait être passée en état de transe, elle était en extase devant le Vampire... Seulement, Lloyd voyait à nouveau cela comme une sorte d'insulte. Quoi? Beaucoup lui avait déjà dis que Lloyd les faisait penser à Lord de par les sonorités et que cela lui convenait bien, mais cette jeune femme considérait apparemment les Vampires comme des bêtes curieuses sur lesquelles elle voulait en apprendre le plus possible, et elle était complètement fascinée par Lloyd simplement parce qu'il en était un, et un important. Comme si elle était une enfant qui aurait découvert la reine d'un nid de fourmi et qui serait émerveillée par cette découvert tant elle en avait déjà entendu parler. Mais Lloyd n'était pas une reine, juste un chef, et son clan était certes puissant mais ça c'était très connu, et tous les clans Vampires étaient environ de même poids.

Lloyd pensait toujours à tout cela quand la jeune femme sembla revenir à elle. Elle avait sursauté et l'avait à son tour regardé avec de yeux bizarres. Elle hésita, et Lloyd la comprenait parfaitement. A vrai dire, à ce stade de la conversation, il aurait déjà quitté son siège pour aller voir ailleurs. Elle commettait faute sur faute et devenait vraiment de plus en plus blessante. Seul la politesse interdisait à Lloyd de partir maintenant. Ou du moins une sorte d'ancienne galanterie. Parce qu'il n'avait pas de raison d'être poli, elle ne l'étant pas avec lui. Il la regarda d'un air impérieux alors que le rouge montait aux joues de la jeune femme. Elle se ré-adressa à lui, l'air gênée et beaucoup moins sûre d'elle qu'auparavant:


"Pff, je suis désolée, je n’arrive pas à m’exprimer clairement… J’ai l’air totalement débile… Donc autant faire court. Moi, c’est Alice, et je bosse ici depuis deux ans."

*Ca, pour avoir l'air débile...*

"Eh bien... Enchanté Alice."

Alors qu'il la saluait, le Vampire détailla à nouveau la jeune femme et la vit encore une fois porter un regard admiratif sur lui. C'était purement agaçant. Il était bien dans un bar, pas dans un laboratoire? Il était bien un client, pas un cobaye? Alors qu'avait-elle à le regarder avec ces yeux et à se permettre toutes sortes d'impudence? Il n'était pas blessé en tant que Vampire mais en tant que personne normale. Tout le monde, humains compris, auraient mal réagi vu l'attitude d'Alice. Et Lloyd était frustré, profondément. Il n'essayait même pas de se sur-estimer, il savait de toutes façons qu'elle avait déjà enfreintes les règles de politesse, les mêmes pour tous. De plus, elle baissa le regard et sembla contempler son torse. Lloyd baissa la tête. Une tâche? Non... Apparemment non... Alors qu'avait-elle à la fin?! Soudain, comme pour changer de sujet de discussion et arrêter le massacre, elle indiqua le verre vide de Lloyd du doigt:

"Si vous en voulez un autre, je veux bien vous en apporter un, c’est mon boulot après tout… C’est quoi comme alcool ? Je n'ai pas eu le temps de voir ce que Kate, l'autre serveuse un peu froussarde, vous a servi."

"Je ne dirais pas froussarde mais prudente et réfléchie. Tous les Vampires ne sont pas aussi tolérants que moi. Nous avons tous un égo assez sur-dimensionné, heureusement pour vous que j'ai oublié le mien chez moi... Mais, allez-y, je veux bien un nouveau verre de Whisky. Du bourbon s'il vous plaît."

Alice, puisqu'elle se nommait ainsi, s'exécuta. Pendant ce temps, Lloyd chercha à attirer le regard de l'autre serveuse, Kate apparemment. Il ne réussit pas. Il soupira. Fallait-il vraiment en arriver là? Il pencha légèrement la tête et fixa la serveuse en baskets. Cette dernière se retourna, comme hypnotisée. Elle croisa le regard de Lloyd et tira une mine presque horrifiée. Lloyd hocha la tête pour essayer de la rassurer, et lui fit un léger sourire. La serveuse le lui rendit, l'air à moitié rassurée, sans plus... Lloyd se dit qu'il avait fait du mieux qu'il pouvait et chercha Alice des yeux. Elle revenait vers lui avec son verre de bourbon. En fait, il lui avait menti, il avait bu deux simples whisky jusque là, de piètre qualité mais bon quand même. Avec un peu de chance, elle ne ferait pas attention et mettrait le bourbon au même prix que les autres... Sinon, tant pis.

Elle se posa et tendit son verre à Lloyd. Ce dernier le prit doucement en lui faisant innocemment partager un contact avec sa main. C'était le genre de choses qui plaisait beaucoup aux filles. Et même si jusque là elle ne lui avait donné absolument aucune raison de l'apprécier, Lloyd savait qu'elle était capable de mieux, il croyait en elle. Et puis, il allait lui expliquer ses erreurs, en espérant qu'elle soit compréhensive. Ainsi, il prit la parole:


"Dites moi Alice, vous travaillez depuis deux ans ici... Ne faut-il pas être sociable pour ce genre de métier? je veux dire, jusque là, vous n'avez fait que de commettre erreurs et impolitesses en tous genres... Et pourtant, j'ai beau être un Vampire, je ne suis pas différent de vous. Il ne faut pas avoir peur de m'adresser la parole, il faut savoir se tenir et ne pas se laisser aller à des délires de jeune pucelle en chaleur -passez moi l'expression- et il faut simplement être soi-même... j'aurais aimé, plutôt que vous m'examiniez à la loupe, que vous me demandiez ce que je faisais ici... Oui, commencer comme ça, c'est une bonne chose je pense... C'est contre ça que je me bat, l'exclusion des Vampires, mais aussi le fait que nous soyons traités différemment des autres alors que nous sommes finalement presque identiques, au moins moralement... Vous comprenez? Croyez moi, je ne vous agresse pas, j'essaye seulement d'énoncer un fait."

A la suite de cette tirade, Lloyd fit un sourire radieux, sans pour autant découvrir ses canines, à la jeune femme. Il espérait vraiment, vraiment qu'elle comprendrait. User de la manière forte pour faite rentrer quelque chose dans le crâne de quelqu'un, c'était bon pour les brutes et Lloyd n'était pas de cette trempe. Seulement, soudain, son sourire disparut lentement. Il renifla... Puis recommença, pus bruyamment cette fois. Il pouvait toujours passer pour quelqu'un de mal élevé, c'était ça ou la mort. Il se retourna brusquement pour faire face à la vitre du bar. Il vit au dehors deux ombres, furtives, s'avancer dans la pénombre. Quand elle sortirent un peu plus de leur cachette, Lloyd put enfin les distinguer clairement: des Samael. Il le savait. Ce n'était pas difficile, leurs bras étaient ornés de motifs variés prouvant leur appartenance au clan.

Lloyd se leva brusquement et sans douceur, puis posa la main sur l'épaule d'Alice. Il la fit glisser le long de son bras, doucement, à la recherche de sa main. Une fois celle ci trouvée, il l'attrapa et la serra délicatement.


"Vous, vous devez tous partir. je ne sais pas, possédez vous une arrière boutique, une cave? n'importe quoi pourvu que vous quittiez cette pièce, de préférence pour un endroit au plafond résistant. je vous expliquerais plus tard. Ou bien le verrez vous par vous-même... En attendant, quittez cette pièce, vite!"

Lloyd lâcha la main de la jeune femme. Apparemment pour son plus grand regret. Il la laissa aller avec les autres dans une pièce annexe. Il espérait que la pièce en question pouvait contenir assez de monde, qu'il y avait de l'air, et qu'elle n'était pas facilement atteignable... Lui resta dans la pièce principale. Il alla s'accouder nonchalamment au bar, et cacha derrière le surélèvement une bouteille de whisky. le silence se fit. Lloyd attendit, nerveux, les yeux se baladant dans tous les coins de la pièce. Soudain, il sentit quelque chose. C'était tout proche... C'était... des nouveaux, visiblement.
Ils étaient derrière Lloyd. Il n'avaient pas dégainés leurs armes mais lui avait piqué sa bouteille de whisky. Entrés en silence, personne ne les avaient vu ni entendu entrer. pas même Lloyd. Il était trop concentré sur les humains dans la pièce annexe. L'un des Samael prit la parole:


"Quelle délicate attention! Un bourbon, rien que pour nous... mais tu n'espérais tout de même pas nous blesser avec ça, misérable insecte? Alors que nous effectuons gentillement notre descente en ville annuelle? C'est très mal élevé de ta part..."

"Oh, frérot, j'ai l'impression que ce poltron voulait nous cacher qu'il y a des humains dans ce bar... Nous ne sommes pas tes frères nous aussi, après tout? Tu pourrais nous en offrir un ou deux au moins, sois gentil...?"

"Si je vous en donne un, vous partez? Vous me le promettez?"

"Oui, nous le jurons. Sur la vie du chef Maelys... Rien qu'un petit coup à boire et nous partons."

"Bien, je pense que je peux vous faire confiance..."

Lloyd ouvrit la porte. Tous les humains entassés commencèrent à gémir de terreur. Son air impérieux ne quitta pas le visage de Lloyd alors qu'il avançait au milieu du groupe d'humains. Il s'arrêta au milieu. Tous s'écartèrent et ceux au premier rang cherchaient à se recroqueviller ou à pousser leurs congénères pour qu'ils y passent avant eux. C'était pitoyable.Lloyd leur avait pourtant dit qu'ils n'avaient pas à le craindre....
Il se baissa et ramassa une bouteille d'alcool frelaté datant apparemment d'un certain temps vu l'inactivité des bestioles à l'intérieur. Il se releva lentement, se tourna, adressa un grand sourire aux Samael, et jeta violemment sur l'un la bouteille en raillant:


"C'est la maison qui offre, profites en!"

Le Vampire hurla à la mort quand l'alcool lui atteignit la tête. Lloyd profita du moment de distraction pour attraper l'éclaboussé par les jambes et le balancer hors de la pièce, derrière le bar comme si il ne pesait pas plus lourd qu'une plume. La plume en question alla se manger l'endroit où toutes les bouteilles d'alcools étaient entassées derrière le bar. Tout se renversa sur lui. Son hurlement se fit strident. Lloyd alla le rejoindre pour vérifier sa mort. Vu les traces de brûlure sur ce qui lui restait de peau, de toute évidence, il ne vivait plus. Il se retourna pour faire face au second Vampire... Qui tenait la jeune femme, Alice, entre ses mains, prêt à la mordre. La pauvre essayait de se débattre, mais on ne pouvait résister à la poigne d'un Vampire en colère.

"Tu n'aurais jamais du tuer mon frère, maintenant, j'ai encore plus soif que prévu! Il va au moins me falloir toutes ces personnes pour étancher ma soif... Et peut être toi aussi..."

"Attends! Est ce que tu veux savoir qui je suis?"

"Je n'en ai que faire mais dis toujours pendant que je me délecte du nectar de leur sang... Laisses toi faire voyons ma petite."

"Elle s'apelle Alice. Et je suis Lloyd Maelys, chef du clan Maelys. Enchanté, et Adieu."

Ce n'était pas croyable, pas logiquement possible. Il se rapprochait de sa gorge avec empressement, et il n'était déjà franchement pas loin! Alors, pourquoi? Pourquoi??? pourquoi sa tête roulait-elle maintenant au sol? Comment cet homme aux cheveux rouges, qui se prétendait le chef du clan Maelys, comment avait-il réussi à traverser toute la pièce aussi vite, pour réussir à lui arracher des mains la fille et lui trancher la gorge après? Mais comment?!
La Samael n'avait pas compris. Mais peu importait maintenant, vu son état. Lloyd lâcha Alice. Il avait vraiment eu chaud. Il rangea sa Gunblade. Son regard passa sur le visage de chacun des clients du bar. Et la même mine triste qu'il y a un peu plus tôt vint se dessiner sur son visage. Il déclara:


"Bon, je suis vraiment navré. Je vous pose ça ici. C'est 3000 dollars... Tout ce que j'ai sur moi. Encore désolé. Portez vous bien, et n'oubliez pas que même si certains sont mauvais, il reste des bons, c'est pareil pour tout le monde... Adieu."

Lloyd s'empressa de sortir du restaurant. Il ne sentait observé par les vitres, mais il n'en avait que faire. Foutus Samael! Ils avaient tout fait foirer! Si ses efforts étaient continuellement contrariés par une bande de Vampires sauvages asociaux et enragés, comment arriverait-il à convaincre que les Vampires peuvent vivre avec les autres races sans mésentente particulière? Si les Samael, les Nosferatu et même ces vieux grincheux de Bartholomeus ne se tenaient pas tranquilles, ce n'étaient pas les efforts de Lloyd qu'ils réduiraient à néant, mais les efforts de Lloyd et de tous ceux qui lui était fidèles! Il s'arrêta un moment, pour frapper contre un mur. Des briques s'en décrochèrent, et son poing se mit à saigner. Il s'adossa au mur, et se laissa lentement glisser tout du long jusqu'à être assis par terre. Il ne savait plus quoi faire. Et si ses efforts étaient désespérément vains?

Un frisson lui parcourut l'échine. pas seulement à cause de cette pensée décourageante, aussi à cause de l'odeur qu'il sentait approcher de lui. Il se releva soudain, et sauta.
Une jeune femme arrivait dans la ruelle. Elle semblait frigorifiée, et vu sa tenue, c'était compréhensible. Lloyd se félicita intérieurement d'avoir pris sur lui sa veste et son écharpe. Il observa la jeune femme, en train de scruter les environs à sa recherche...


"Je suis ici, sur les toits. Pourquoi m'avoir suivi?"
_________________


Thème de Lloyd...


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:37 (2018) Sujet du message: [Opus Coffee] C'est TROP calme... [Libre]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Peripheral Threats In Paris Index du Forum -> Ancien Paris -> Aile Sud -> Rues Désertes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1


Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Xtreme Skin Designed by Xtreme Web Developers visit website
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com